Harcèlement scolaire

 

Le harcèlement scolaire

Etymologiquement, harceler trouve son origine dans le mot « herser » qui signifie « tourmenter » ou « malmener ».
En d’autres termes, « soumettre sans répit à de petites attaques…….. visant à affaiblir psychologiquement un individu qui en est la victime. »
Ces considérations évoquent ni plus ni moins des rapports inadéquats et pathologiques où s’édifient des liens de dominant à dominé. Dans ces cas, fort heureusement très minoritaires,   la relation humaine ne semble pas pouvoir s’échafauder sur un équilibre respectueux.

Quelle est la cause de ce déséquilibre quand il survient  entre certains enfants au sein de la communauté scolaire et éducative ?
En effet, plus que la responsabilité à trouver il importe de comprendre pourquoi il existe de tels agissements. Quelles en sont les vraies motivations ? Quels moyens avons-nous pour contrer ces phénomènes dangereux ?

Demande-t-on aux enfants « agresseurs » pourquoi ils agissent ainsi et ont-ils bien conscience des conséquences de leurs actes sur l’autre mais aussi sur eux-mêmes ?

Pour comprendre le système au sein duquel s’élabore le harcèlement, deux préambules sont nécessaires : la parole doit circuler et les situations de harcèlement doivent être révélées au grand jour.
Malheureusement, dans bien des cas, l’enfant agressé, soumis à la terreur qui lui est infligée, ne se risque pas à parler, rongé par la culpabilité et la crainte de n’être pas compris ou reconnu dans son désarroi.
Par ailleurs, les agresseurs appliquent la loi de l’omerta qui seule garantit la continuité de leurs exactions. Ils se soustraient ainsi à la loi générale et ciblent les plus faibles et les plus isolés par leur particularisme et leur différence. La parole est ainsi bloquée, cadenassée, alors que justement la seule issue possible est celle du dialogue.

La responsabilité des adultes est totalement engagée, face à ces situations où les acteurs principaux sont et doivent rester des enfants.
Comprendre oui, mais aussi agir en mettant en place un protocole de prévention dont l’objectif premier est de garantir la sécurité de chacun au sein des établissements scolaires. De sa place, chaque adulte, mais aussi chaque enfant, doit se sentir concerné et ne jamais rester le témoin muet d’un processus dont on connaît l’issue.
Pour ce faire, chacun doit s’appuyer sur un cadre institutionnel qui implique le respect de la loi pour tous et la garantie de la sécurité de chacun.
Des actions concrètes sont déjà mises en place au sein du collège mais elles ne seront jamais suffisantes tant que le phénomène existera. La parole doit être mise au centre des actions. Aurons-nous encore la possibilité de trouver des moyens supplémentaires pour enrichir ceux déjà institués ?

Toutes ces questions soulevées par ce douloureux problème du harcèlement en milieu scolaire doivent faire l’objet d’un consensus autour duquel la communauté des adultes doit se rassembler et encore réfléchir pour trouver d’autres possibles, afin d’éradiquer toutes formes de violences graves à l’école.

 Le 01/02/2014, par Isabelle ARREBOLLE et Marc DAUTAIN